Publié le

Spynamics : les vidéos

Vidéo mode d’emploi détaillé

Cette vidéo résume les différentes possibilités d’utilisation des outils Spynamics.

Elle reprend les bases pour un usage optimal et sécurisé.

Parmi les exercices présentés, sélectionnez ceux qui vont conviendront le mieux.

Conseil: pour des résultats optimaux, complétez votre utilisation avec l’exercice d’auto-correction des hanches.

Une question ? Reportez vous à la FAQ ou contactez nous !

Vidéo mode d’emploi Spynamics

Auto-correction des hanches

En complément de l’utilisation des outils Spynamics, voici une vidéo qui explique un exercice d’auto-correction des hanches (articulations coxo-fémorales), tiré de la méthode Dorn.
Cet exercice de base est très important car il permet d’équilibrer et d’aligner les hanches, ce qui favorise un bon équilibre de toute la région du bassin.
Les mouvements sont à faire quotidiennement minimum deux fois par jour.

Placez la main autour de la cuisse (os du fémur avant le grand trochanter)
et exercez une contre-pression (tirez vers le haut) pendant le mouvement

Essayez d’augmenter la force avec précaution pendant le mouvement en expirant.

Revenez à la position de départ en inspirant sans exercer de pression.

Répétez l’exercice au moins 2 à 3 fois.

Faites toujours l’exercice des deux côtés.

Arrêtez et ajustez l’exercice (intensité de la pression, vitesse) en cas de douleur dans l’articulation pendant l’exercice.

Cet exercice peut être fait avec la main ou à l’aide d’une serviette en position couchée ou en position debout avec la main tout en tenant quelque chose avec l’autre main.

Auto-correction des hanches

Vidéo d’exemple de routine quotidienne

Cette vidéo donne un exemple d’une routine d’exercices permettant d’entretenir au quotidien la mobilité de son bassin et de la colonne vertébrale.

➤ En applicant des points d’appui associés à des mouvements, nous respectons un grand principe de l’Ostéopathie : L’inter-relation Structure-Fonction.

➤ En redonnant de la mobilité aux différentes structures, les fonctions associées s’améliorent.

Exemple de routine quotidienne
Publié le Laisser un commentaire

Histoire de la méthode Dorn

Thomas Zudrell et Dieter Dorn

HISTOIRE DE LA MÉTHODE DORN

Extrait de la conférence donnée par Dieter DORN lors du premier congrès allemand sur la colonne vertébrale de la méthode Dorn à Memmingen, les 11 et 12 octobre 1997.

Un lumbago au départ

Ma famille possède une scierie et exploite une petite ferme. En 1973 – j’avais tout juste 35 ans – il m’est arrivé dans la scierie une mésaventure qui allait changer ma vie : j’ai soulevé maladroitement une bûche par le côté et j’ai soudain ressenti un léger craquement étrange dans le bas du dos. Après cela, je ne pouvais plus me redresser. Avec difficulté, j’ai réussi à me traîner jusqu’au canapé le plus proche. Je pensais que cela se résoudrait en quinze minutes, mais ce ne fut pas le cas. Je ne pouvais pas me lever du canapé et j’ai dû me rouler par terre, m’allonger sur le sol, et il m’a fallu quinze minutes pour me relever millimètre par millimètre. Je me suis demandé : “Et maintenant ?”, “Je vais chez le médecin ? chez le rebouteux ? ou quoi d’autre ?”.

Le rebouteux

Je ne suis pas allé chez le médecin à ce moment-là. Je ne peux donc pas dire si un médecin aurait pu m’aider. Il est possible qu’une opération du disque se serait avérée nécessaire. J’étais également soucieux de gagner du temps, et je ne pouvais m’empêcher de penser à un homme dont je m’étais moqué 20 ans plus tôt. Je me suis moqué de lui parce que je ne connaissais pas les problèmes de dos et la douleur qui y était associée. Je me suis laissé emmener chez ce Josef Müller, le fermier du château de notre ville. Il m’a dit d’un geste : “Les gens tordus entrent, et les droits ressortent.” Et en effet : J’ai dû me balancer avec une jambe pendant qu’il m’enfonçait son pouce dans le dos par derrière, et la douleur est partie. Tout s’est passé très vite. Ce Josef Müller avait copié la méthode, il y a longtemps, d’une vieille femme de fermier, une petite femme simple qui était venue le voir dans les étables pour installer le bétail, et qui avait aussi soigné les domestiques. Depuis ma jeunesse, Josef Müller traitait maintenant les gens du village, environ une ou deux personnes par mois.

Lorsque, à la suite du traitement, je lui ai demandé : “Puis-je apprendre à faire cela ?”, il m’a répondu : “Tu n’as pas besoin de l’apprendre, tu peux le faire.” J’étais étonné, et d’une certaine manière, cela m’a séduit. Pour le remercier, je lui ai apporté une autre bouteille de vin, mais malheureusement il n’y a plus eu de contact, car Josef Müller était gravement malade. Quatre semaines plus tard, il était dans le coma et huit semaines plus tard, il mourait. J’ai donc dû élaborer la méthode tout seul.

Les maux de tête de ma femme

À l’époque, cela faisait 15 ans que ma femme souffrait de maux de tête. Elle avait épuisé presque toutes les possibilités de traitement. Un professeur de Ravensburg avait constaté sur la base d’une radiographie que deux apophyses transversales de ses vertèbres étaient beaucoup trop longues. “Elles appuient sur le nerf, il faudrait les enlever”, avait-il déclaré. Je pense maintenant que les vertèbres étaient simplement tordues, ce qui créait une sorte d'”illusion d’optique” sur la radiographie. Après le diagnostic du professeur, nous avons estimé à l’époque que nous n’avions rien à perdre, et j’ai dit à ma femme : “Nous allons faire comme le vieux m’a fait.” Aussitôt dit, aussitôt fait, j’ai palpé les deux apophyses transverses avec mes doigts, puis j’ai appuyé doucement pour qu’elles se positionnent bien et uniformément. Ça a marché ; le mal de tête a disparu après ça.

“J’ai suivi mon instinct”. (Dieter Dorn)

Le voisin

Puis les choses se sont rapidement accélérées. Quatorze jours ou trois semaines plus tard, c’était le tour de notre voisine. Elle était célibataire, dans la maison d’à côté, et avait toujours récupéré le lait chez nous. Une fois, quand son espace pour les bidons de lait est resté vide, j’ai dit à ma femme : “Nous devons aller voir ce qui se passe, elle pourrait être morte dans son lit.” Nous y sommes allés et avons trouvé notre voisine allongée dans son lit. Elle ne pouvait pas bouger et se plaignait : “Tout mon pied me fait tellement mal que je ne peux pas avancer d’un millimètre.” J’ai demandé : “Puis-je regarder ?” – “Oui, avec plaisir.” – J’étais intéressé par ce que cela pouvait être. J’avais été tellement stimulé par le succès de ma femme que je me suis dit que je pourrais peut-être aider ici aussi. À ma grande surprise, j’ai vu que la jambe douloureuse était plus longue de cinq pouces que l’autre. Cela ne peut pas être normal, me suis-je dit, cela doit être lié à la douleur. Notre voisine m’a dit qu’elle consultait un médecin depuis un an et que les injections et les radiations prescrites n’avaient pas porté leurs fruits.

À mon avis, la jambe douloureuse était disloquée de la hanche. Mais personne ne m’avait jamais montré comment remettre une hanche en place. Je me suis dit que si la hanche sortait, elle devait rentrer, et j’ai procédé de manière instinctive. J’ai soulevé la jambe et je l’ai repoussée dans la hanche, en utilisant un mouvement que la jambe aurait fait dans des circonstances naturelles. Après cet exercice, les deux jambes étaient à nouveau de la même longueur. Deux heures plus tard, la femme m’a appelé par la fenêtre pour me dire qu’elle pouvait à nouveau marcher, que la douleur avait disparu et que je devais revoir la situation demain.

Après cela, notre voisine a continué à marcher jusqu’à l’église tous les jours jusqu’à ce qu’elle soit très âgée. L’église était à un kilomètre de là, de l’autre côté de la crête.

Le fermier boiteux

Mon cas suivant était un fermier que je n’avais jamais connu autrement qu’en boitant. Dans son cas, il était clairement visible qu’une jambe était plus longue que l’autre. Comme pour notre voisin, j’ai réussi à remonter sa jambe la plus longue jusqu’à sa hanche. Trois semaines plus tard, j’ai appris que le fermier était tombé d’un échafaudage d’une hauteur de sept mètres lors de travaux sur le toit. J’étais sûr que l’articulation de sa hanche s’était à nouveau luxée dans la chute. Mais il ne s’était rien passé de tel : Lorsqu’il est venu à la scierie en tant que client, un quart d’année plus tard, il m’a montré une cicatrice de 40 centimètres sur sa jambe, résultat de la blessure qu’il avait subie lors de la chute. La cicatrice se trouvait sur la même jambe que celle que j’avais traitée, mais l’articulation fixe avait survécu à la chute sans dommage. C’était une information importante pour moi : l’articulation n’avait pas été usée, car sinon la hanche se serait à nouveau déboîtée. Le fait de réaliser que les problèmes articulaires de ce genre ne sont pas tant de l’usure que de “vraies” luxations m’a donné beaucoup de courage pour continuer.

“La méthode est venue à moi – je n’ai pas cherché à créer une méthode”. (Dieter Dorn)

Exercices d’auto-assistance

J’ai rapidement découvert que les personnes souffrant de problèmes articulaires pouvaient également s’aider elles-mêmes. J’ai fait des essais avec des malades pour voir s’il leur était possible de soulever eux-mêmes leurs jambes jusqu’aux hanches – et les essais ont réussi. C’était un autre pas en avant. Les convalescents pouvaient désormais suivre l’articulation avec des exercices sans dépendre de moi.

Site internet développé par Thomas Zudrell recensant tous les exercices d’auto-corrections :
https://www.dorn-selfhelp.org
Thomas est également l’inventeur des outils Spynamics® visant à faciliter les auto-corrections.

Des effets supplémentaires inattendus

Et puis mes patients souffrant de la colonne vertébrale m’ont dit après coup : “Maintenant, mes douleurs cardiaques ont disparu”, ou “Je vois mieux”, ou “La digestion fonctionne à nouveau”, ou “Le petit ne fait plus pipi au lit après le traitement”, etc. Je suis devenu méfiant. Si c’était vraiment le cas, cela signifiait que tout était lié à la colonne vertébrale !

J’ai cherché de la documentation et j’ai trouvé le travail d’un médecin et guérisseur américain qui avait passé plus de dix ans en Chine pour apprendre la médecine indigène : Acupuncture Without Needles de J. V. Czerny. Dans son livre, Czerny présente une constellation vertébrale avec les organes correspondants. Il décrit avec justesse comment les méridiens sont reliés à la colonne vertébrale. Par exemple, si la septième vertèbre cervicale est déplacée, le gros orteil peut être douloureux. Il est difficile pour un médecin qui n’a pas étudié ces connexions en profondeur d’arriver à ces conclusions et à d’autres missions – il examine l’orteil douloureux, le radiographie, et éventuellement fait des injections. Mais comment pourrait-il savoir que la source du problème se trouve dans la septième vertèbre cervicale ?

Je pourrais donner de nombreux exemples de connexions entre les vertèbres et les organes. Par exemple, j’ai traité une fois une religieuse qui avait une paralysie de la langue. Son médecin m’avait appelé. J’ai repoussé la deuxième vertèbre cervicale de la religieuse dans la bonne position et, au même moment, la paralysie s’est dissipée et tout est allé bien.

Un cas particulièrement problématique était celui-ci : Une femme m’a été amenée par son partenaire. Elle était enceinte de cinq mois, sa circulation était affaissée, son pouls était à peine palpable et elle semblait vraiment hébétée. Je voulais l’envoyer tout de suite à l’hôpital. Mais elle m’a dit que c’était justement là qu’elle se trouvait. Elle avait reçu une injection et avait été renvoyée chez elle. J’ai palpé ses nerfs digestifs, poussé les vertèbres au bon endroit, et j’avais à peine terminé qu’elle a vomi. Lorsque nous sommes rentrés chez nous, elle se sentait beaucoup mieux. Deux jours plus tard, le couple est revenu, radieux. Voici ce qui s’était passé : L’estomac de la femme enceinte n’avait pas fonctionné parce que les nerfs rachidiens qui devaient l’alimenter étaient coincés. L’estomac avait continué à absorber de la nourriture et à se gonfler, mais il ne pouvait pas se dilater correctement vers le bas parce que le bébé à naître dans le ventre occupait l’espace. Par conséquent, l’estomac exerçait une pression vers le haut sur les poumons et le cœur. Le cœur ne pouvant plus battre correctement, la circulation sanguine s’est effondrée.

La rencontre avec le Dr Hansen

De nombreuses années ont passé. J’ai continué à expérimenter, à faire des recherches et à travailler avec la méthode. Puis, en 1985, le Dr Thomas Hansen, ancien chirurgien et orthopédiste à Brême, m’a contacté. Il était à la recherche d’une méthode de guérison holistique – traiter uniquement le corps ne lui suffisait plus. Après avoir abandonné son cabinet et ouvert une maison de santé à Markt Rettenbach, entre Memmingen et Kaufbeuren, il a entendu les gens de la ville : “Si vous avez quelque chose dans le dos, vous devez aller chez Dieter Dorn, mais Dieter Dorn n’est pas médecin”. Cela l’a tellement étonné qu’il a voulu voir qui j’étais. Le Dr Hansen et sa femme avaient tous deux des problèmes de dos et m’ont demandé de les soigner. Après cela, le Dr Hansen a eu l’idée d’organiser des séminaires sur ma méthode. Il m’a fourni des boîtes de littérature médicale et m’a dit : “Mais M. Dorn, vous devez avoir des fondations. Sinon, vous ne pouvez pas vous lever et donner des séminaires.” Jusqu’alors, j’étais donc d’avis que j’appuyais sur les disques intervertébraux des personnes que je traitais. Ce n’est que lorsque le Dr Hansen m’a éclairé : C’était les processus épineux que je déplaçais, et comme ces processus bougeaient, les disques aussi. J’avais donc touché les gens d’une manière aussi amateur, et pourtant ça avait marché !

Puis vint la première tentative de séminaire et d’autres suivirent. J’étais presque d’avis que l’animation de séminaires était un don, quelque chose qui ne s’apprenait pas. Heureusement, il s’est avéré que ce n’était pas seulement un talent.

À chaque événement, il y avait quelques personnes qui comprenaient intuitivement la méthode. La méthode a fait le tour et a convaincu de plus en plus de personnes.

“J’étais un tel profane ! Mais la chose fonctionnait.” (Dieter Dorn)

La méthode reçoit un nom

Entre-temps, le praticien alternatif et organisateur d’événements Helmuth Koch avait lui aussi entendu parler des séminaires et y avait assisté. La méthode l’avait convaincu. En 1988, il m’a finalement demandé : “Voulez-vous lui donner votre nom ?”. Je lui ai répondu, en fait je pouvais déjà lui donner mon nom, car la méthode venait en quelque sorte de moi. Josef Müller m’avait traité à l’époque, mais seulement sur la colonne vertébrale. Il ne savait pas comment régler une jambe et, je suppose, ne travaillait pas non plus sur la colonne cervicale.

J’avais donc bonne conscience quand Helmuth Koch l’appelait la méthode Dorn. Mais pour moi, il ne s’agit pas du nom et de ma personne. Il s’agit du fait que la méthode fonctionne et qu’elle aide beaucoup de gens. Entre-temps, nombreux sont ceux qui tentent de transmettre la méthode par le biais de séminaires. La méthode Dorn, née dans une petite région, n’est déjà plus une chose nationale – elle est devenue une méthode de traitement internationale.

Dieter Dorn a dit : Il existe trois types de modèles de pensée dans la vie : Que puis-je faire pour moi ?, Que quelqu’un d’autre peut faire pour moi ?, Dieter Dorn vit avec le troisième : Que puis-je faire pour les autres ? Nous sommes nés pour les autres, sinon notre vie n’a aucun sens, c’est son avis. C’est un chemin plein d’épines (Thorn se traduit en allemand par “Dorn”), c’est peut-être pour cela que la méthode s’appelle “Méthode Dorn”, plaisante-t-il.

Nomen est omen ! En allemand, les processus épineux sont appelés “Dorn Fortsaetze”, en termes médicaux, n’est-ce pas une coïncidence ?

Quelques extraits de la philosophie de Dieter Dorn

Il n’y a pas de coïncidence, tout tombe à sa place !

Nous ne pouvons nous améliorer que si nous nous amenons au “milieu” (équilibre).

La plupart des choses dans la vie n’apportent pas le succès souhaité parce que nous “devons” les faire plutôt que nous “voulons” les faire !

Il est bon d’aider les gens si cette aide vient du cœur et non de la tête !

Le patient doit accueillir l’aide qui lui est donnée et doit inviter activement cette aide pour obtenir la guérison.

Si un étudiant demandait Est-ce que je fais cela de la bonne manière ? Dieter Dorn répondait toujours : Si tu le fais avec soin, avec douceur et avec ton cœur, alors tu le fais toujours correctement !

La diffusion de la méthode DORN

Certains des premiers élèves de Dieter Dorn, comme Harald Fleig et Helmuth Koch, ont commencé à donner eux-mêmes des séminaires sur la méthode Dorn et ont ainsi contribué de manière importante à la diffusion rapide de la connaissance de cette fantastique méthode d’auto-assistance.

Helmuth Koch et Hildegard Steinhauser

Hildegard Steinhauser a également appris cette méthode il y a de nombreuses années et, avec son ami Helmuth Koch, un non-médecin réputé de Lindau, dans le sud de l’Allemagne, ils ont été à l’avant-garde de la mission visant à rendre la méthode Dorn populaire et reconnue par la société médicale.

Ils ont également lancé le congrès DORN en 1997 à Memmingen, en Allemagne, une autre étape importante pour faire connaître la méthode DORN au public.

Son apparition à la télévision à partir de 2000 dans l’émission du pasteur Jürgen Fliege présentant la méthode DORN a accéléré la diffusion de la méthode DORN.

En tant qu’enseignante de Reiki et formée à l’acupuncture, Hildegard Steinhauser pense que l’apprentissage de la méthode Dorn a été un véritable jalon dans sa vie de guérisseuse et, grâce à Dieter Dorn, elle est devenue une véritable bénédiction pour l’humanité.

Les débuts de DORN International

Quelques étudiants de Dieter Dorn ont commencé dès les années 1980 à introduire la méthode Dorn en dehors de l’Allemagne, mais ce mouvement était encore lent, principalement parce qu’il n’y avait pas encore de livres en anglais ni d’Internet.

Cela a changé lorsque Thomas Zudrell, né dans le sud de l’Allemagne et vivant aux Philippines de 1995 à 2006, a appris la méthode DORN et a commencé à l’enseigner à un niveau international.

Citation

Moi, Thomas Zudrell, je suis vraiment béni d’avoir eu la chance d’étudier cette merveilleuse méthode de guérison d’abord avec Hildegard Steinhauser et aussi avec Dieter Dorn et plusieurs autres, et qu’ils m’aient autorisé à la diffuser en l’enseignant à d’autres en 2003. Depuis lors, j’ai parcouru un long chemin pour remplir cette mission et j’ai donné de nombreux cours, d’abord aux Philippines, puis dans de nombreux autres pays du monde, et j’ai traité de nombreux patients heureux en cours de route. Je suis persuadé que la méthode Dorn sera bientôt plus largement connue dans le monde et qu’elle sera reconnue comme une thérapie manuelle sûre, douce mais efficace, une véritable méthode d’auto-assistance et un complément parfait à toutes les autres formes de thérapie dans la médecine conventionnelle et alternative.

De plus en plus de personnes issues du milieu médical, comme les médecins, les physiothérapeutes, les massothérapeutes, les praticiens non médicaux et les chiropraticiens, ostéopathes, assistent également aux séminaires DORN et sont étonnés de ce qu’ils apprennent.

Thomas Zudrell a également lancé la première plateforme d’information sur la méthode DORN sur Internet en 2004 (dorn-method.com) et le premier livre en anglais sur la méthode DORN a suivi en 2005, publié aux Philippines.

En mai 2006, Dieter Dorn reçoit son exemplaire du premier livre en anglais de Thomas Zudrell sur la méthode Dorn

Après son retour en Allemagne en 2006, la demande de formation Dorn en dehors de l’Allemagne a augmenté rapidement et depuis, la méthode Dorn s’est répandue dans plus de 20 pays sur tous les continents.

L’étape suivante dans le développement de la méthode DORN a été la fondation de la première association officielle DORN en 2015 :

” Deutsche Gesellschaft für die DORN Bewegung e.V. “, également appelée DORN Bewegung = mouvement DORN.

www.dorn-bewegung.org

Aujourd’hui, il y a probablement plus de pratiquants de la méthode DORN en dehors de l’Allemagne qu’en Allemagne même, une évolution que Dieter Dorn aurait sûrement souhaitée.

Des associations se sont également développées en Suisse avec des centaines de membres qui tentent d’aider la méthode DORN à être reconnue et acceptée. Une association en France est en cours de construction.

Un développement très remarquable a lieu en Inde où le Dr Subash et ses collègues ont fondé l’AIDHA (All India Dorn Healers association), ont formé plusieurs milliers de personnes à la méthode DORN et comptent déjà plus de 1000 praticiens avancés.

Et l’histoire continue…



Vous souhaitez participer ou organiser un séminaire de la Méthode Dorn? Contactez nous